Pourquoi et comment ça marche ? - les principes d'action

SOPHROLOGIE ET NEUROSCIENCES

 
Beaucoup d’études scientifiques sont depuis quelques années publiées en neurosciences sur les bienfaits de l’attention, de la concentration mais aussi le pouvoir de la visualisation sur le développement du cerveau. La sophrologie qui se situe entre influence orientale (méditation) et influence occidentale (neurosciences, hypnose) allie l’ensemble des principes d’action de ces techniques.
 

LES PRINCIPES D'ACTION SCIENTIFIQUES

1/ La relation corps / esprit 

L’esprit n’est pas une structure isolée, elle fait partie intégrante du corps et tous deux échangent en permanence des informations d’ordre émotionnel. La sophrologie vise, dans la plupart de ses techniques, à entraîner l’esprit à se focaliser sur ses sensations, sur l’instant présent. Depuis 1990, de nombreuses recherches scientifiques en neurosciences attestent que cette activité cérébrale de focalisation, d’attention, procure un bien-être corporel mais aussi et surtout qu’elle transforme notre cerveau.
D’abord médicale, la sophrologie démontre que sa pratique prévient la gestion du stress, la rechute de la dépression, la douleur chronique et favorise un rétablissement plus rapide des malades.

2/ Le développement des circuits neuronaux et des ressources attentionnelles

Lors de la pratique d’un exercice de sophrologie, le cerveau traverse 4 phases repérables par l’activation de 4 circuits neuronaux différents liés à l’attention. La répétition de ce cycle lors d’exercices de sophrologie modifie l’état de conscience de l’individu et déclenche un sentiment de bien-être.
Lors d’étude scientifiques du cerveau de personnes (1 novice et 1 pratiquant en méditation) le résultat est sans appel : les réseaux neuronaux de l’attention sont bien plus connectés chez le pratiquant régulier.
Cela explique pourquoi un entrainement à la sophrologie apporte des bénéfices cognitifs dans la vie quotidienne et permet de disposer pleinement de ses ressources attentionnelles (Se détacher d’une émotion désagréable, d’un contexte agité, sollicitant ou bruyant etc.).

3/ La régulation des sensations

La sophrologie permet également de moduler ses sensations dans leur intensité. En effet, le Thalamus, une structure centrale du cerveau, a pour fonction de relayer les informations sensitives entre le corps et le cortex somato-sensoriel ou naissent les sensations. Pour ce faire, le thalamus produit des impulsions électriques appelées Ondes Alpha qui modulent la sensation. Lorsque l’esprit se concentre sur une partie du corps précise, les ondes Alpha diminuent sur la zone correspondante du cortex ce qui va naturellement augmenter la sensation. Au même instant, dans le reste du corps, les ondes Alpha augmentent et les sensations baissent.
 
Les divers bénéfices de la pratique de la sophrologie :
  • Disposer de ses ressources attentionnelles,
  • Contrôler son flux de pensée (en particulier les pensées négatives),
  • Développer son écoute du corps, la conscience de soi,
  • Diminuer les sensations de douleur,
  • Se détacher, lâcher prise,
  • Mieux gérer ses émotions.
 
Sources : Sciences et Avenir « L’esprit guérit le corps »
 

Déroulement d'une séance de sophrologie

- Les 4 phases d’une séance
 
Une séance de sophrologie comporte des échanges sur la pratique et l’intégration dans le quotidien des outils pratiqués en séance, de la pratique de divers exercices spécifiques et d’éventuels apports théoriques.
  • Les temps d’échange permettent au sophrologue en début et en fin de séance, de faire un point sur les éventuelles évolutions ou questions liées à la séance précédente ou l’exercice pratiqué. 
  • Les exercices pratiques se réalisent debout, assis ou allongé (selon la technique et la condition physique du client). Le sophrologue dispose de plusieurs types d’exercices possibles (techniques de relaxation dynamique, techniques de relaxation statique, exercices ludiques etc.).
  • Les apports théoriques permettent de mieux maitriser un phénomène de par sa compréhension (exemple : la respiration). Les apports théoriques succèdent à l’exercice pratique afin de permettre une découverte sans à priori et sans jugement du phénomène (exemple : écouter sa respiration avant d’en connaître les mécanismes).
  • La modification du niveau de vigilance : Lors de la pratique de techniques de relaxation statique ou dynamique, le sophrologue travaille avec le client à un niveau de vigilance qui se situe entre la veille et le sommeil. Cet état de vigilance modifié est connu et expérimenté de tous puisqu’il s’agit du niveau que nous traversons tous les soirs juste avant de nous endormir. A ce niveau de vigilance, le corps est plus présent, et le client reste complètement autonome et libre de ses gestes. Le client est donc complètement conscient.

Faites le test !

Avez-vous une nature anxieuse ? Testez votre sensibilité à l'anxiété.

Faire le test

 

Entretien d'informations

C'est sans engagement !
Prendre rendez-vous