Les émotions : un champs d'application de la sophrologie.

Les recherches et publications consacrées aux émotions se multiplient, on constate leur influence dans les relations sociales, dans le domaine du travail et de l’éducation, dans des grands champs d’étude de la psychologie, comme la mémoire ou l’attention ; elles sont considérées comme des explications, des causes à la plupart des maladies psychiatriques, comme des informations pour une meilleure compréhension des comportements humains.
Des actions sont possibles pour gérer les émotions et notamment dans le cadre d’un accompagnement sophrologique. Le sophrologue, en procédant de façon méthodique, amène le client à redéfinir l’émotion, à prendre conscience du lien qu’il entretient avec elle, à donner des exemples concrets et précis de contextes chargés émotionnellement. Au cours de ce processus, le client reçoit des outils qui lui permettent d’atténuer l’impact émotionnel, d’identifier rapidement l’émotion vécue et de mettre en place les comportements appropriés.


CE QU’EST UNE EMOTION 

Dans l’Encyclopédie de la Psychologie (1962), l’émotion est définie comme un orage « affectif », un trouble momentané et assez violent qui concerne à la fois la conscience et le corps.
La peur, la colère, l’angoisse, la honte sont des émotions.
L’émotion sous sa forme brutale caractéristique, « l’émotion-choc » se traduit par une brusque perturbation des représentations mentales et de l’équilibre organique. L’être ému ne s’appartient plus, il est à la lettre mis « hors de lui ».[1] De ce point de vue, l’émotion peut être vécue comme un phénomène négatif et incontrôlable.
Mais, nous pouvons l’aborder sous un autre angle.

Darwin, dans un ouvrage de 1872 [1], avance l’idée d’utilité de l’émotion.
Elle serait quelque chose d’utile à la survie des individus et des espèces, au-delà du simple fait de rendre la vie intéressante [2]. Cette idée est soutenue après lui par la majorité des conceptions scientifiques qui offrent la possibilité d’un nouveau lien à l’émotion, en y voyant toujours une certaine utilité, une certaine adaptation.

Le travail sophrologique nous amène à prendre conscience de notre relation aux émotions et à la reconsidérer sous cet angle scientifique. Les émotions ne sont plus ces choses à enfouir, à étouffer, à supprimer ; elles peuvent être des alliées précieuses, être chacune acceptée et comprise en fonction de sa valeur adaptative, mobilisatrice.
Mais pour une juste mobilisation, nous devons d’abord apprendre à en atténuer l’impact émotionnel.
 

 .     
Visuel © Karl Baden/Every Day

ATTENUER L’IMPACT EMOTIONNEL

Tous, nous avons à notre disposition des moyens pour atténuer l’impact émotionnel et ainsi éviter les répercutions dommageables et les réactions automatiques : activités sportives, manuelles, artistiques, balades, sorties culturelles, mots-fléchés, mandalas, etc.…

En sophrologie, nous apprenons à détecter les sensations liées au stress et aux émotions, à relâcher les tensions, à prendre du recul, à lâcher prise, à nous ouvrir sur autre chose.
Nous apprenons à nous ressourcer à l’aide d’outils simples, facilement adaptables dans notre quotidien. Développer ainsi nos ressources nous permet d’accueillir plus sereinement nos émotions et d’abaisser rapidement leur intensité, pour pouvoir mieux les traiter ensuite.
 

IDENTIFIER LES EMOTIONS ET LE CONTEXTE

Pour développer notre compréhension et notre connaissance en la matière, nous allons rechercher des exemples concrets et précis où sont apparues des émotions.
Des "feuilles de route" ou "cahier des émotions" peuvent être utilisés. Il s’agit de recueillir toutes les données relatives aux émotions et à leur contexte d’apparition et éventuellement de les classer dans un tableau pour une approche claire et efficace.
Cet exercice nous amène à prendre conscience de nos besoins, de nos liens, de nos valeurs, à réviser et réaffirmer nos objectifs, à nous familiariser avec nos émotions, à les reconnaître,  les intégrer et ainsi choisir et renforcer progressivement les comportements adaptés.

L’accompagnement sophrologique encourage et soutient cette démarche par le dialogue et par des techniques favorisant la prise de recul, l’attention active, la concentration, l’écoute du corps et des émotions.
 

PRISE DE DECISION ET MISE EN PLACE DE COMPORTEMENTS ADAPTES

Apprendre à gérer ses émotions, c’est apprendre à choisir les comportements adaptés, à donner de la cohérence à nos actions.
Mais certaines difficultés peuvent apparaître dans la mise en place de ces comportements, notamment celles liées au manque de confiance en soi. Le travail sophrologique, par la mise en évidence et le renforcement de nos capacités, peut aider à restaurer cette confiance en soi. Nous pourrons alors mieux surmonter les difficultés et mieux nous affirmer, prendre des décisions claires, en accord avec nos besoins, nos objectifs, nos valeurs et agir de façon pertinente et cohérente.
Au fil de l’entraînement sophrologique, nous récupérons de l’énergie et de la lucidité, nous nous réapproprions progressivement notre rôle d’acteur et d’auteur de notre vie, nous passons du « je subis » au « j’agis ».
 

S’engager dans cette démarche c’est apprendre à mieux se connaître, mieux connaître les autres et le monde, développer toutes nos capacités d’action, d’adaptation et d’évolution, mieux vivre en accord avec soi-même, avec ce qui nous entoure, avec ce qui nous traverse et nous anime.
Notre corps se détend, notre esprit s’apaise, nos émotions sont moins intenses. Pensées, gestes et émotions se coordonnent… et tout devient plus fluide.



Article rédigé par Emilie Gadais, formatrice Esophro.
 

[1] Citée par Stéphane Rusinek dans Les émotions. Du normal au pathologique. Dunod. 2014
[2] The Expression of the Emotions in Man and Animals.
[3] Stephane Rusinek, en référence à la conception de Darwin.


Visuel © Karl Baden/Every Day