Comment le stress altère-t-il la mémoire ?

Le processus de la mémoire, la mémorisation permet d’acquérir, de retenir et de se souvenir d’informations et d’expériences. Nous avons une mémoire à court terme et une mémoire à long terme.
D’abord l’information est façonnée dans la mémoire à court terme (aussi nommée mémoire de travail) puis elle est entreposée dans la mémoire à long terme.

 

L’information suit un chemin précis en trois étapes :

L’Encodage est la perception de l’information qui est transformée pour devenir un souvenir, par exemple : un numéro de téléphone.
La Consolidation est l’étape où l’information est gravée dans la mémoire à long terme, par exemple : en répétant le numéro de téléphone dans sa tête.
C’est un peu comme lorsque l’information est gravée sur un disque compact. Une fois gravée, l’information fait partie de la mémoire à long terme.
La Remémoration consiste à rappeler l’information entreposée dans la mémoire à long terme à la conscience, par exemple : signaler le numéro de téléphone le lendemain.

La physiologie du stress mobilise, entre autres, l'amygdale qui évalue l'importance émotionnelle d'une information, et l'hippocampe qui les mémorise une fois filtrées par l'amygdale.
Lorsque vous êtes stressés par quelque chose (ex.: un collègue au travail), cet agent stressant interfère avec votre capacité à encoder de nouvelles informations. Lorsque vous dites avoir « oublié » la rencontre de bureau ou d’emmener vos enfants chez le dentiste, peut-être n’avez-vous pas vraiment oublié. Vous n’avez peut-être tout simplement jamais encodé cette information la première fois que vous y avez été exposé. Et, il est fort probable que vous n’ayez pas encodé l’information dès le départ.

Lorsque votre collègue vous a parlé d'une réunion, vous ne portiez pas tout à fait attention à ce qu’il vous disait parce que votre cerveau était accaparé par l’agent stressant. Ainsi, l’information concernant ladite réunion n'a pas atteint votre mémoire.
Elle n’a pas été encodée, l'information n’a donc pas été consolidée dans votre mémoire à long terme. C’est durant cette phase que le stress est le plus handicapant.

Cependant, ce n’est pas parce qu’une information est consolidée dans votre mémoire à long terme qu’elle est en sécurité. Le stress peut également interférer avec votre capacité à rappeler à la conscience les informations consolidées dans votre mémoire à long terme.
De plus les hormones de stress, comme le cortisol, ont la propriété de s’assurer de votre survie en facilitant la formation de mémoires reliées à un évènement traumatisant, si celles-ci ont été secrétés de façon trop importantes au moment du traumatisme elles peuvent se déclencher pour un évènement bénin d’une façon excessive, ce qui engendre une paralysie de la mémoire ce qui est très invalidant pour l'individu.

Donc pour qu’un individu mémorise correctement une information, il faut qu’il soit détendu et concentré. La sophrologie propose différents outils qui permettront de l’être.

 

Augmenter son état de détente et de relaxation.

C’est à partir de la relaxation que le sophrologue va pouvoir commencer à travailler avec son client dans un niveau de conscience entre veille et sommeil, ce qui va lui permettre de lâcher-prise. En effet le stress prend souvent racine dans notre mémoire émotionnelle et les sujets sur lesquels il nous est si difficiles de lâcher prise parfois de manière inconsciente sont inscrits en nous, à travers nos tensions corporelles et nos ruminations mentales et sont porteurs de bien des souffrances. Ils vont nous transmettre des informations sur notre vécu intérieur parfois profond et inconscient et vont déterminer notre prise en mains de notre vie. La sophrologie permet à travers le niveau sophroliminal de se détendre et de s’apaiser.


Améliorer sa capacité de concentration.

A travers le recentrage par la relaxation, le sophrologue va proposer à son client des exercices de respiration, de visualisation positive qui vont lui permettre de mobiliser son mental sur ses capacités et ses ressources. Des mouvements corporels qui l’aideront à développer la présence au corps, la concentration sur le mouvement et certaines parties du corps puis l’attention à tous ce qu’il s’y passe par l’accueil des sensations -entre autres.
Le client pourra donc canaliser son énergie, évacuer ses tensions, et ainsi, focaliser son mental sur autre chose que ses pensées parasites.


Répéter les exercices.

La mémoire n’est pas une photographie, il ne suffit pas de se concentrer sur une image/une sensation pour qu’elle s’imprime dans la mémoire.
C’est par la répétition des exercices quotidiens proposés par le sophrologue que le client va pouvoir apprendre pour comprendre. Plus il y a de répétitions et plus le nombre de contacts synaptiques augmente entre les neurones concernés.
Le but est que les exercices deviennent familiers pour le client, afin que son stress diminue et que sa mémorisation augmente. La prise de conscience de son autonomie va lui permettre de développer sa confiance en lui et ainsi de mieux gérer les situations anxiogènes dans son quotidien.


Affiner ses cinq sens afin de mieux capter l’information.

Lorsque l’on se concentre sur l’un de nos sens, nous activons certaines zones bien délimitées de notre cerveau, cela a pour effet immédiat de nous couper de nos pensées.
En redonnant la priorité, à l’ouïe, à l’odorat ou au toucher, nous nous déconnectons de nos préoccupations et retrouvons la détente musculaire de façon automatique. La sophrologie développe la réception de nos 5 sens ainsi permet de travailler sur la pleine conscience et le moment présent, par ces perceptions nous diminuons l’anxiété et augmentons notre mémoire à court terme.
 


Alphonse Caycedo, neuropsychiatre et fondateur de la sophrologie, a su trouver des pratiques pour que la personne puisse prendre conscience de l’influence du stress sur sa mémoire et y remédier.
La sophrologie est une aide précieuse, source de progression et de bien-être.